Rechercher

Responding to the call of Life - La naissance d'un enfant cri

Pour la version française, défiler vers le bas

Responding to the call of Life: a Cree Birth


At 6am Wednesday 21st of August in Chisasibi, we get the call we had been waiting for - Christie is in labour. In a few hours, she would be ready to give birth to her son. And we would be there to document the whole experience.


A week prior to the call we had been told by Nerea, a midwife with whom we got acquainted thanks to Jani, that one of the pregnant women she follows (Christie) would like to have pictures taken of her upcoming birth. As part of our project we had planned to take photos of people from the Cree Nation, but we couldn’t have imagined ever being invited to document the birth of a baby. We accepted the offer with enthusiasm, not quite knowing what it would be like to be in a delivery room.


A birth in itself is already very special - as we all know. However, the birth of this child bears additional layers of significance. Talking with Christie and Nerea as well as receiving information from other sources enlightened us to the depth of this event. Now our role as storytellers, ordinary person to ordinary person, is to relay this extraordinary moment.


As a woman I am particularly moved to have been present at this pivotal moment in a woman’s life. I feel honored that I could be a witness in the interweaving of several women’s stories, stories that affect generations of women. This event was particularly symbolic to everyone present, for personal reasons and for collective reasons. On a personal level, Christie and her partner, Robert, decided it would be their last child (five in total). It was also the only birth she experienced with the assistance of a midwife, which she said had made such a difference. Many family members were also present in the delivery room, a tradition of great joy. For Nerea, it was the first time she was the main midwife. As for Nadir and I, it was obviously a first.


On a collective level, this is the 5th birth in Chisasibi under the specific care of midwives since the pilot project to offer midwife services to Cree women started this July 2019. Cree women have been giving birth in a hospital 900km away from their community for decades, torn from their family and traditions that welcome the baby into their world. The joy and celebration of new life can now be reclaimed by the Natives, a way back to their way of living.


So there we are, in a hospital room lit by small lamps for a cosier atmosphere. Christie is in labour, Robert is supporting her, Nerea is assisting Christie and checking on the progress, Nadir is capturing moments with his camera, and I’m taking it all in. For the first couple of hours it’s just us, and we wait. Time is punctuated by increasingly stronger contractions, Christie’s movement around the room as she tries to ease her pain, the fluctuation of emotions, states of encouragement and discouragement, shared laughs, and calls to the family. Just before 9am Christie’s aunt walks in, and a wave of relief comes over the expecting mother. Her presence was much needed by Christie, as she told us later her aunt is the only person able to calm her down and soothe her.


As time went by more family members joined in, either coming to wait outside the room or inside. Among those members were Christie’s mother, her eldest daughter, her sister, her grandmother, and more. If given the opportunity, a Cree birth is really a family event. The wait is long, especially as we all witness the physical pain Christie is going through.


It was touching to witness how surrounded Christie was, there was always one or several loving hands on her, and during the peaks of her labour, she received encouragement from family and Nerea. Rough times when Christie thought she couldn’t do it, Nerea reminded Christie of what she was about to create. Of the love that already surrounded the baby, and that no matter what, she would give birth. A teacher of Nerea’s always used to say “Women will not give birth because we (midwives) are here, we are here because they will give birth”. This is what Nerea wishes to translate through her presence to women, as they will be brought into the process of recognizing their innate power of transformation.


After hours of labour came the time for Christie to push. When it’s time, it’s time. We all gathered closer in anticipation, in heightened emotion, enthusiasm building. Along with Christie’s cries of effort everyone cheered “GO Christie! GOOO!” The baby’s head emerged, and in the moment that followed, it was as if time had been suspended. A bond united us all in that moment, unexplainably and beautifully. Emotion bubbled to the surface and erupted in joy as the baby let out a first soft cry, landing into the hands of Christie’s aunt at 11h52am. A flurry of celebration overcame the room, Nerea and the second midwife, Jessyka, guided the rest of the process, their smiles wide and warm. Christie was overcome with joy, holding Robert Junior to her chest and crooning “my baby, my baby….!”. Christie and her partner had wished for their eldest daughter, Bellamy, to be a part of the experience. She is the one who cut the umbilical cord, a symbolic gesture.

We learned through Nerea that a birth on the territory could be healing for mothers who might have experienced births under strain, away from their familiar and cultural environment, mostly under epidural to numb not only the physical pain but also the pain of separation. Witnessing a natural birth is also healing for the other women of all generations in the room, who might have experienced and seen traumatizing births.


There are hardly words to describe the feeling of witnessing a birth. Nadir and I exchanged glances many times throughout, as if to check if we weren’t dreaming. My heart filled with happiness, love and wonder. I had an overflowing feeling of gratitude for being at the right time and the right place.


Throughout our first month on “La Route de Soi”, we are learning that the beauty of life is always waiting to show itself around the corner of a surprising synchronicity. So we open ourselves to possibility, to endless starry skies, responding to the simple call of Life.


Yasmin



Répondre à l’appel de la vie : la naissance d’un enfant cri


Il est 6h du matin à Chisasibi en ce mercredi 21 août, lorsque nous recevons l’appel tant attendu – Christie est sur le point d’accoucher. Son fils verra le jour dans les heures qui suivront. Et nous serons présents pour conter toute l’expérience.


Une semaine avant le fameux appel, Nerea, une sage-femme dont nous avons fait la connaissance grâce à Jani, nous confie suivre une femme enceinte (Christie) qui aimerait que l’on prenne des photos de son accouchement imminent. Dans le cadre de notre projet, nous avions prévu de prendre des photos de membres de la nation crie, mais nous n’aurions jamais imaginé être invités à assister et à relater la naissance d’un enfant. Nous avons accepté l’invitation avec enthousiasme, sans trop savoir à quoi nous attendre dans la salle d’accouchement.


Une naissance, en soi, est déjà un événement très spécial – vous en conviendrez. Et pourtant, la naissance de cet enfant était d’autant plus importante. En parlant avec Christie et Nerea, et en recueillant des informations auprès d’autres sources, nous avons pu prendre toute la mesure de l’événement. Notre rôle de conteurs, de personnes ordinaires à personnes ordinaires, nous mène désormais au récit de ce moment extraordinaire.


En tant que femme, je suis particulièrement émue d’avoir pu assister à ce moment charnière de la vie d’une femme. C’est un honneur pour moi que d’être le témoin de l’entrelacement de plusieurs histoires au féminin, histoires qui touchent des générations de femmes. Cet événement a revêtu une dimension particulièrement symbolique pour toutes les personnes présentes, pour des raisons à la fois personnelles et collectives. Sur le plan personnel, Christie et son partenaire, Robert, avaient décidé que cette naissance serait la dernière (cinq enfants au total). C’était également la seule fois qu’elle a pu bénéficier de l’aide d’une sage-femme, ce qui, selon ses dires, a fait toute la différence. De nombreux proches étaient également présents dans la salle d’accouchement, une tradition célébrée dans une grande joie. Pour Nerea, c’était la première fois qu’elle assumait le rôle de sage-femme en chef. Quant à Nadir et moi-même, c’était évidemment une première.


Sur le plan collectif, il s’agissait de la cinquième naissance à Chisasibi prise en charge par des sages-femmes depuis le lancement en juillet 2019 du projet pilote proposant les services de sages-femmes aux femmes cries. Les femmes cries ont accouché dans un hôpital situé à 900 km de leur communauté pendant des décennies, séparées de leur famille et des traditions qui accueillent l’enfant dans ce monde. La joie et la célébration de la vie nouvelle peuvent désormais reprendre leur place dans les communautés autochtones, dans un retour à leurs modes de vie.


Nous voilà donc dans une chambre d’hôpital éclairée par de petites lampes qui plongent la pièce dans une ambiance plus feutrée. L’accouchement de Christie a commencé, Robert la soutient, Nerea l’aide et suit de près l’évolution, Nadir saisit ces instants sur sa pellicule, et je m’imprègne de tout ce qui m’entoure. Les premières heures, il n’y a que nous, et nous attendons. Le temps passe, ponctué de contractions toujours plus fortes, de Christie qui fait les cent pas dans la pièce pour tenter d’apaiser la douleur, de la valse des émotions, d’états d’encouragement suivis de découragement, de rires contagieux et d’appels de la famille. Un peu avant 9h du matin, la tante de Christie entre dans la pièce et une vague de soulagement submerge la future maman. Sa présence était plus que nécessaire pour Christie, car, comme elle nous l’a confié plus tard, sa tante est la seule personne qui arrive à la calmer et la rassurer.


Au fil des heures, de plus en plus de proches nous rejoignent, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la pièce. Parmi ces proches se trouve la mère de Christie, sa fille aînée, sa sœur, sa grand-mère et bien d’autres. Lorsque cela est possible, la naissance d’un enfant cri est un moment profondément familial. L’attente est longue, surtout face à la douleur physique à laquelle nous assistons.


C’était émouvant de voir à quel point Christie était entourée, il y avait toujours une ou plusieurs mains aimantes posées sur elle, et aux moments cruciaux de l’accouchement, elle a reçu les encouragements de sa famille et de Nerea. Quand cela devenait difficile, et que Christie ne pensait plus y arriver, Nerea lui rappelait ce que Christie était sur le point de créer. L’amour qui entourait déjà le bébé, et que quoi qu’il arrive, elle donnerait la vie. Une professeur de Nerea avait pour habitude de dire : «Les femmes ne donneront pas la vie car nous (les sages-femmes) sommes là, mais nous sommes là car elles donneront la vie.» C’est précisément cela que Nerea souhaite transmettre par sa présence auprès des femmes, lorsqu’elles seront amenées à entreprendre le processus qui leur permettront de reconnaître leur pouvoir inné de transformation.


Après des heures de travail, le moment est venu pour Christie de pousser. Quand c’est l’heure, c’est l’heure. Nous nous sommes tous rapprochés, dans l’attente, les émotions sont à leur comble et l’enthousiasme de plus en plus palpable. En chœur avec les cris d’effort de Christie, nous y allons tous de notre encouragement: « ALLER Christie! ALLEEER! » La tête du bébé fait son apparition, et les secondes qui suivent sont hors du temps, comme suspendues. Un lien unique nous unit les uns aux autres en cet instant précis, un lien inexplicable et magnifique. L’émotion surgit en une éruption de joie quand le bébé pousse son premier cri dans un souffle, recueilli dans les mains de la tante de Christie à 11h 52. Un vent de fête soulève la pièce, Nerea et la deuxième sage-femme, Jessyka, guident les prochaines étapes, un sourire franc et chaleureux aux lèvres. Christie se laisse emporter par la joie, tenant Robert Junior contre sa poitrine et fredonnant : «mon tout petit, mon tout petit…! » Christie et son partenaire souhaitaient que leur fille aînée, Bellamy, prenne part à l’expérience. C’est elle qui coupe le cordon ombilical, en un geste symbolique.


Nous avons appris de Nerea qu'un accouchement sur le territoire était synonyme de guérison pour des mères ayant pu accoucher dans la contrainte, loin de leurs proches et de leur contexte culturel, souvent sous péridurale pour taire non seulement la douleur physique, mais aussi la douleur de la séparation. Assister à un accouchement naturel est également une étape de guérison pour d'autres femmes de toutes les générations présentes dans la salle, qui ont pu vivre ou assister à des accouchements traumatisants.


Il n’y a pas de mot pour décrire ce que l’on ressent face à une naissance. Nadir et moi avons échangé des regards tout du long, comme si nous cherchions à nous convaincre que nous ne rêvions pas. Mon cœur a débordé de bonheur, d’amour et d’émerveillement. J’ai été submergée par un sentiment de gratitude d’avoir pu être là, au bon moment et au bon endroit.


Tout au long de notre premier mois sur « La Route de Soi », nous avons appris que la beauté de la vie ne demande qu’à se révéler au détour d’une étonnante synchronicité. Nous nous ouvrons donc à tous les possibles, aux cieux infiniment étoilés, répondant au simple appel de la Vie.


Yasmin


Un grand merci à Anne-Claire Grégoire pour la traduction en français!


0 vue

© 2019, La Route de Soi par Nadir Mokdad et Yasmin Hediger